Animation pour soirée d'entreprise

Théâtre immersif

Le spectateur émancipé

L’émancipation commence quand on remet en question l'opposition entre regarder et agir (.. ) Le spectateur aussi agit, comme l'élève ou le savant. Il observe, il sélectionne, il compare, il interprète. Il lie ce qu'il voit à bien d'autres choses qu'il a vues sur d'autres scènes, en d'autres sortes de lieux. Il compose son propre poème avec les éléments du poème en face de lui. (...) Ils sont à la fois ainsi des spectateurs distants et des interprètes actifs du spectacle qui leur est proposé.

Jacques Rancière

Très tôt, l'enfant cherche naturellement à représenter le monde qui l'entoure trouvant ainsi du plaisir dans la représentation. Puis devenu adulte, il éprouve le désir irrépressible de reproduire la réalité dans le but de se l’approprier et de la comprendre.

En imaginant des mondes fictifs, les artistes, les auteurs obéissent à leur nature et deviennent de fait, les créateurs de l’immersion.

 

L’immersion est présentée à tort comme une forme artistique totalement nouvelle. Elle existe depuis la nuit des temps et fait partie de notre quotidien : nous faisons une expérience immersive à chaque fois que nous ouvrons un livre ! En lisant un roman, vous entrez dans une fiction, dans une réalité autre, construite par votre imaginaire en collaboration avec l’auteur.

 

Le théâtre immersif est un théâtre qui vous propose une réalité alternée, c’est à dire une fiction qui se déroule dans notre monde réel. Vous pénétrez donc dans un univers fictif en 4 dimensions et côtoyez physiquement les comédiens. Vous êtes libre de vous déplacer dans tous les espaces de jeu au gré des différentes intrigues qui se nouent sous vos yeux.

Dès lors rien ne dirige votre regard. Tout fait sens : chaque chose, chaque objet, chaque parole. Vous êtes libre d’interpréter, d’associer, de comprendre, de vous tromper, de vous asseoir, de vous émouvoir, de vous déplacer..

Le théâtre immersif se caractérise par une narration arborescente

Du point de vue littéraire le théâtre immersif est un récit arborescent.

Le théâtre immersif est un univers fictif pour créer un monde fictionnel

Le dispositif immersif

L'univers fictif est la simulation de l’environnement réel des personnages. Vous êtes au contact des objets de leur quotidien : autour de vous vous trouvez leurs affaires, leurs secrets, leurs traces de vie. Les personnages vivent, se rencontrent et modifient leurs univers en permanence. Le théâtre immersif est un art mimétique vous faisant entrer dans un monde vraisemblable, habité; un lieu de vie.

Le moment de l'immersion

Le monde fictionnel est celui qui vous appartient. Chaque objet a une mémoire, chaque chose a une histoire, chaque pièce à une identité, chaque élément contribue au récit. Mais c’est à vous de le compléter par votre imaginaire. Dans ce monde fictionnel, ce sont surtout les rapports entre les personnages, leurs échanges, leurs dialogues qui sont vraiment capables de reproduire l'apparence de la vie. Vous observez des êtres vivre dans leur environnement et, plongé au cœur de l’intrigue, vous voulez connaître la suite, le devenir de ce personnage.

 

Les singularités du théâtre immersif

  • les spectateurs et les comédiens évoluent dans le même espace fictif.
  • le spectateur est étranger à l’intrigue. Il n’appartient pas à la fiction.
  • L'espace scénique est composé de plusieurs pièces closes.
  • Le récit a lieu en temps réel.
  • La narration est construite en arborescence. Il n'y a pas une histoire mais plusieurs histoires.
  • Les déplacements des personnages et des spectateurs se font en fonction des différentes intrigues du récit.
  • Il n’y a pas de personnage secondaire. Chaque comédien joue sa partition et ne sort jamais de scène.
  • Comme dans le théâtre traditionnel, le 4e mur est présent. L’objectif n’est pas l’interaction mais l’implication du spectateur.
  • Il s’agit d’une exploration du récit. Pas d’une exploration du lieu. Le lieu est une constituante du récit.
Le dispositif immersif a pour objectif de créer du sens.

La théâtralité : le dispositif artistique.

La théâtralité est un concept simple. Le terme est apparu au 19e siècle pour désigner des œuvres picturales conçues pour un spectateur. C’est le cas de la plupart des tableaux d'Edouard Manet : dans la scène représentée, un personnage nous regarde et par conséquent nous inclut. Cette prise en compte du spectateur induit toujours un effet d’implication.

C’est le cas de la fameuse Salle aux Géants du Palais Te exécutée par Jules Romain. Cette œuvre environnementale englobe les spectateurs dans une fresque géante qui fait disparaitre l’architecture au profit d’une illusion visuelle. Le spectateur est au coeur du déchaînement de la colère de Jupiter. Vasari décrit ainsi le dispositif :

« Personne ne peut songer voir jamais une peinture plus horrible et plus effrayante et celui qui entre dans cette salle, en voyant les fenêtres, les portes, et d’autres choses semblables se tordre, et être prêtes à tomber, et les montagnes et les édifices tomber, ne peut pas ne pas craindre que chaque chose lui tombe dessus ».

La salle des géants est un dispositif immersif
La fresque a été organisée pour englobé le spectateur. Tout a été fait pour qu'il se projete dans la scène.

Jules Romain, La Chute des Géants (1532-1535), ensemble de fresques recouvrant  la salle des Géants du Palais Te. Mantoue.

Le Theatron (regarder, contempler, le lieu d'où l'on regarde) de l'époque grecque antique désigne alors l'hémicycle destiné aux spectateurs et à la représentation. Un théâtre est donc un lieu complexe construit autour du public.

Le théâtre, en tant que genre littéraire, est donc intrinsèquement lié au lieu où se joue la pièce.

Reprenons la définition de Roland Barthes qui fait figure d’autorité :

"Qu'est-ce que le théâtre ? Une espèce de machine cybernétique [une machine à émettre des messages, à communiquer]. Au repos, cette machine est cachée derrière un rideau. Mais dès qu'on la découvre, elle se met à envoyer à votre adresse un certain nombre de messages. Ces messages ont ceci de particulier, qu'ils sont simultanés et cependant de rythme différent ; en tel point du spectacle, vous recevez en même temps six ou sept informations (venues du décor, du costume, de l'éclairage, de la place des acteurs, de leurs gestes, de leur mimique, de leur parole), mais certaines de ces informations tiennent (c'est le cas du décor) pendant que d'autres tournent (la parole, les gestes) ; on a donc affaire à une véritable polyphonie informationnelle, et c'est cela la théâtralité : une épaisseur de signes." — (Roland Barthes, « Littérature et signification », Essais critiques, 1963)

La théâtralité peut donc être considérée comme un dispositif créant une expérience au moyen d’une polyphonie de signes et d’informations, visuels, sensoriels, sonores ou verbaux, qui sont organisés pour être reçus par un spectateur.

L'immersion n'est que ce que le spectateur décide d'y projeter.

Norman Rockwell,  Critique d'art   -    © 1955 SEPS: sous licence Curtis Publishing, Indianapolis, IN.

L’immersion : être à l’affut

L’immersion est l’art de faire entrer le spectateur/lecteur dans la fiction.  Elle a lieu quand le spectateur se saisit du dispositif et décide d’y croire, de façon active, en convoquant son imaginaire.

Pour certains, l’immersion est le fait d'être immergé dans un environnement, absorbé par des sensations physiques provoquées par cet autre monde à explorer. Mais cette approche littérale ne décrit que le dispositif artistique, c’est à dire la théâtralité comme exposé ci-dessus.

Or, il convient de ne pas observer le dispositif comme une œuvre d’art autonome que le spectateur doit contempler en tant que tel. Pour exemple, le théâtre du Globe de Shakespeare n’était pas l’objet de l’expérience artistique mais le moyen, le lieu d'où l'on regarde.

L’immersion suppose :

  • que l’ensemble des perceptions construites par le théâtre soutient l’imaginaire et la liberté du spectateur : Etre impliqué, être à l’affut,
  • une fiction, c’est à dire un état dynamique du spectateur construit par le désir de connaître la suite de l’histoire, mais aussi par la réactualisation permanente de la séquence narrative.
  • un investissement affectif  du spectateur. Le théâtre immersif se rapproche de la littérature dans la relation intime qui se développe entre le spectateur et les personnages. Elle est unique grâce à la narration et à la proximité.
  • que l'auteur ou l'artiste laisse une place au spectateur.
Le théâtre immersif est cognitif

Le théâtre immersif est une expérience cognitive

Il s'agit donc d'un dispositif théâtral organisé pour que le spectateur explore la fiction qui se déroule autour de lui. Celui-ci est parfaitement libre de sa navigation et de son approche des événements. Le spectateur construit la fiction en référence à sa propre identité, à son intellect et sa richesse émotive.

Le théâtre immersif propose un récit qui se déroule dans plusieurs espaces d’un bâtiment, dont toutes les actions des personnages ont lieu simultanément, en temps réel, offrant de multiples alternatives.

Le public ne pouvant assister à toutes les intrigues doit choisir le chemin de sa propre expérience à travers les salons, chambres et couloirs du bâtiment en suivant le personnage de son choix. La proximité avec les protagonistes de l’intrigue lui permet de vivre intimement les situations à égalité avec les personnages.

Sauf invitation contraire, le théâtre immersif n’a pas pour objectif de rendre acteur le spectateur. A ce titre, l’immersion n’est pas un processus reposant sur l’interactivité.

A partir du 2 octobre 2020

PARABELLUM

Théâtre immersif policier

en coproduction avec

infos et réservations

Articles

 

Pour mieux comprendre le théâtre immersif.
par Jean-Patrick Gauthier

La première pièce de théâtre immersif :
Tamara de John Krizanc et de Richard Rose. 1981
par Frédéric Texier et Nathalie Remy

Théâtre environnemental :
HG de Bob Wilson. 1995.

par Frédéric Texier

Polychronie et récits arborescents : les sources littéraires
par Frédéric Texier

Implication/interactivité/participation
par Frédéric Texier

Archives

 

Parcours environnementaux

 

La Nuit de l'horreur à Saumur

Grand frisson au musée Grévin

L'énigme Arsène Lupin à Etretat

 

©  5e Acte  2007 - 2020

Mentions légales

 

5e Acte

37 rue Viala  -  75015 PARIS

Nathalie REMY

06 10 73 90 18

5eacte@gmail.com

n.remy@5eacte.fr

www.murderparty.paris

Le théâtre immersif se caractérise par une narration arborescente
Le dispositif immersif a pour objectif de créer du sens.
La salle des géants est un dispositif immersif
La fresque a été organisée pour englobé le spectateur. Tout a été fait pour qu'il se projete dans la scène.
L'immersion n'est que ce que le spectateur décide d'y projeter.
Le théâtre immersif est cognitif
Le théâtre immersif se caractérise par une narration arborescente
Le dispositif immersif a pour objectif de créer du sens.
La salle des géants est un dispositif immersif
La fresque a été organisée pour englobé le spectateur. Tout a été fait pour qu'il se projete dans la scène.
L'immersion n'est que ce que le spectateur décide d'y projeter.
Le théâtre immersif est cognitif
L'immersion n'est que ce que le spectateur décide d'y projeter.
Le théâtre immersif se caractérise par une narration arborescente
Le dispositif immersif a pour objectif de créer du sens.
La salle des géants est un dispositif immersif
La fresque a été organisée pour englobé le spectateur. Tout a été fait pour qu'il se projete dans la scène.
L'immersion n'est que ce que le spectateur décide d'y projeter.
Le théâtre immersif est cognitif
L'immersion n'est que ce que le spectateur décide d'y projeter.
L'immersion n'est que ce que le spectateur décide d'y projeter.
L'immersion n'est que ce que le spectateur décide d'y projeter.